La « purge homosexuelle » de Tchétchénie

Un article de Maxime Plaindoux

Disclaimer : Cet article a un but avant tout informatif. Je pense que l’information pure peut sensibiliser davantage que ma prise de position afin que chacun puisse ouvrir les yeux sur les phénomènes de société qui nous entourent aujourd’hui.

Si les drames sociaux relatifs aux discriminations sont nombreux depuis toujours, ils ne peuvent évidemment pas tous être abordés par la même personne. Mais, je pense que si chacun s’intéresse et se sensibilise à, ne serait-ce qu’un drame social actuel, les choses peuvent bouger.
Merci pour l’attention que vous porterez à cette lecture.

La position de la République tchétchène et de la Russie : dramatiquement alarmante

« Votre enfant est homo, réglez ça vous même ou l’État s’en chargera » – Ramzan Kadyrov (Président de la Tchétchénie)

La Tchétchénie est une République de la fédération de Russie. C’est un état totalitaire au sein de la fédération Russe.

Situation de l’homosexualité en Russie :

  • Dépénalisation depuis le 27 mai 1993
  • Possibilité de changer de sexe depuis 1997.
  • Mariage et adoption impossible pour les couples homosexuels.
  • Aucun texte ne sanctionne les discriminations sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.
  • De plus, en 2013, un texte de loi est voté afin d’interdire « l’information des mineurs sur les relations sexuelles non traditionnelles ».

Situation politique de la République TchéTchène :

« Quiconque ose se plaindre de représentants de l’État ou de leur politique encourt l’humiliation publique ou bien pire ». Il n’est pas rare que les dissidents soient contraints de présenter des excuses à la télévision, voient leur maison incendiée ou fassent l’objet d’accusations pénales créées de toutes pièces ».

Il est quasi impossible de regarder la télévision ou d’écouter la radio sans entendre le nom de Ramzan Kadyrov, le présidentde la Tchétchénie. 

Et le COVID ?

« Face à ce nouvel ennemi, Kadyrov a déployé sa stratégie habituelle : une brutalité décomplexée avec la passivité bienveillante du Kremlin ». « Qu’il provoque parfois des scandales avec les homosexuels, avec le coronavirus, pour le Kremlin c’est gênant, mais tolérable.» Libération

Elena Milashina : L’héroïne dénonciatrice

Le 1er avril 2017, le journal Russe « Novaya Gazeta » publie un article révélant au monde entier la répression homosexuelle dans la région.

L’article affirme qu’un plan de répression est mené contre les homosexuels en Tchétchénie.

A l’heure où l’article est publié plus de 100 individus sont détenues et déjà 3 personnes sont tuées.

Détenus dans des prisons secrètes. C’est également l’une des grandes révélations de l’article. Des prisons secrètes construites en Tchétchénie afin d’y détenir des homosexuels. Mais le mot détenir est en fait inexact. Passage à tabac, torture, électrocution, privation de nourriture et pression pour dénoncer d’autres homosexuels, sont les mots qui décriraient davantage la situation des homosexuels présents dans ces prisons.

C’est Elena Milashina, lauréate du prix international de la Femme de Courage (International Woman of Courage Award) en 2013, qui publie ce fameux article dans le journal Russe. Celle-ci est la première personne à oser parler des drames se passant dans la région.
Consciente que sa carrière, ou plutôt sa vie, sera quoi qu’il arrive en danger pour avoir osé parler, celle-ci ne fait pas les choses à moitié. Elle va au-delà de la révélation de prisons secrètes, puisque c’est l’idéologie tout entière prônée par le président et ses autorités qui est révélée au monde.

En effet, en Tchétchénie les droits de l’homme sont complétement bafoués. Elena rend publique le fait que le gouvernement pousse les familles à la répression contre leurs proches homosexuels.

« Si ma famille découvre que je suis gay, aucune autorité, aucune troupe ne sera nécessaire : ils me tueront eux-mêmes. Même si mes parents me pardonnent, quelqu’un, comme mon oncle, ne pardonnera pas »

Témoignage anonyme

Les retombées suite à la publication de l’article

Avril 2017 : Quelques jours après la sortie de l’article et l’engouement médiatique que celui-ci a engendré, le porte-parole du gouvernement Alvi Karimov s’exprime : il affirme que de tels agissements sont impossibles car les LGBT ne sont pas présents et n’existent pas dans son État.

01/05/2017 : Suite à l’onde de choc créée par le journal, une manifestation pacifique pour les droits des LGBTI+* se déroule à Saint Pétersbourg (ville du Nord Ouest de la Russie). 17 militants sont arrêtés pour « troubles à l’ordre public ». Beaucoup de manifestations s’enchainent en Russie, entrainant à chaque fois des répressions de la part des autorités.

Internet s’enflamme :

  • Une pétition “pour une enquête sur les massacres et tortures d’homosexuels en Tchétchénie”, de 450 000 signatures, les #Kiss4LGBTQrights, #Chechya100 et #TchétchénieURGENCE sont créés pour soutenir la cause des victimes tchétchènes et faire circuler l’information.
  • Un spot vidéo intitulé « Purge » fait le tour du Web en France, et dénonce les pressions auxquelles font face cette minorité et leur famille: https://twitter.com/dylan_elkara/status/1157359093952208896

En 2017, le parquet Russe veut ouvrir une enquête après la révélation des faits mais affirme ne pas pouvoir car il n’aurait reçu aucune plainte de victime (évidemment, sans garantie de sécurité, aucun homosexuel n’ose porter plainte et donc révéler son identité).
De plus l’enquête est menée par Mme Moskalkova, une délégué Russe connue pour son envie de criminaliser la propagande homosexuelle.

En France, à la même période se déroulent les élections présidentielles d’avril-mai de 2017. Benoit Hamon, Macron, ou encore Mélenchon se prononcent sur cet évènement et expriment leur colère.

« la France et l’Europe doivent s’engager contre ces attaques”.

Tweet de Macron le 11/04/2017 : https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/851906365446606848

L’Europe s’exprime. Angela Merkel interpelle publiquement Poutine afin de lui demander de respecter les homosexuels. Au Royaume-Uni Boris Johnson dénonce également le gouvernement scandaleux de Tchétchénie.

Le refuge absolument essentiel des homosexuels tchétchène

En 2017 après la révélation, le Russian LGBT Network, avec l’aide d’autres ONG, aide à évacuer des centaines de personnes hors de Tchétchénie. Ces organisations contribuent parfois même à réinstaller ces réfugiés ailleurs.

Plusieurs pays, dont le Canada, la France, l’Allemagne et la Lituanie, ont accordé l’asile à des dizaines d’entre elles, se singularisant ainsi par leur générosité, alors que d’autres gouvernements se montraient réticents ou trop lents à offrir une protection

Aujourd’hui en France, c’est l’association SOS Homophobie(anciennement Urgence Homophobie) qui lutte contre ces discriminations, et essaye de permettre aux homosexuels de Tchétchénie de se réfugier en France.

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français informe le 15 mai 2017 qu’il est prêt à examiner les demandes de visa à caractère humanitaire pour les homosexuels tchétchènes persécutés. D’autres pays réalisent la même offre.

Les États-Unis déclarent, quant à eux, qu’ils n’ont pas de volonté politique sur ce sujet et qu’ils ne délivreront pas de visas.

De plus, acquérir le statut de réfugié demeure aujourd’hui difficile car il faut prouver les persécutions subies dans son pays d’origine. Ce qui est compliqué pour les homosexuels de Tchétchénie qui ont du mal à prouver les atrocités qui sont faites secrètement dans leur pays.

A voir : un réfugié homosexuel raconte son calvaire : https://www.youtube.com/watch?v=kJvzkd9ixGw

Une nouvelle vague en 2019

18/01/2019 : l’ONG Russian LGBT Network a confirmé les informations selon lesquelles les autorités tchétchènes ont de nouveau procédé à l’arrestation de nombreux gays et lesbiennes présumés, les ont détenus et torturés.
C’est plus d’une quarantaine de nouvelles personnes qui sont détenues. De personnes emprisonnées notamment grâce à la collaboration de leur famille, qui se voit exiger par la police de dénoncer ou de tuer leur enfant homosexuel afin de se livrer à un « crime d’honneur »

Des pays comme la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne se mobilisent à nouveau et commandent un projet de la part des institutions de la fédération de Russie afin de faire cesser cela. Malgré tout, il semble que dans la gestion des affaires tchétchènes, Kadyrov a toujours carte blanche. « Poutine considère que Ramzan remplit correctement sa mission et assure la « stabilité » et la loyauté de la région ».

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, il est compliqué de savoir comment la situation évolue même s’il y a fort à parier que les homosexuels sont toujours maltraités dans cet État qui n’a pas changé de chef. Rien ne peut être assuré. En effet, en Tchétchénie pas de liberté de presse : les journalistes ne peuvent donc pas s’y rendre, ce qui explique le manque d’information aujourd’hui sur l’évolution de la situation mais également le peu d’images ou de vidéos disponibles. Les autorités tchétchènes nient toujours ces agissements en bloc.

Pour autant, les associations continuent de se mobiliser en France et dans le monde afin de permettre l’asile à un maximum de tchétchènes LGBTQ+. 

Dans des dizaines de pays, être une personne LGBT est encore un crime. Certains meurent et beaucoup souffrent.

*LGBTI+ : Abréviation de Lesbien Gay Bi Trans Intersexe. Le « + » permet d’inclure d’autres cas d’identité de genre, de caractéristiques sexuelles, ou d’orientation sexuelle (asexualité, pansexualité, bispiritualité…).

Maxime Plaindoux

Crédits photo : Site stophomophobie.com

Sources : • https://www.liberation.frhttps://www.lefigaro.frhttps://www.lexpress.frhttps://www.robert-schuman.euhttps://www.huffingtonpost.frhttp://www.leparisien.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :