Joseph Rodriguez : La vie des « autres »

Un article de Deny Martinelli

Old New York, Seen Through a Cab Driver’s Windshield – Photo de Joseph Rodriguez

A l’heure où les réseaux sociaux régissent l’image que nous nous faisons du monde, par l’afflux accéléré d’informations et de contenus audiovisuels en tout genre, il devient compliqué d’apprécier la valeur de ces publications. Un réseau social comme Instagram, est une mine d’or parfois négligée à cause d’une consommation aveugle de la qualité des contenus proposés. Du fait, qu’une majorité préfère se nourrir de contenu manquant de d’authenticité et parfois allant complétement à l’opposé de la réalité de nos vies, une minorité tente de survivre pour dépeindre la réalité. C’est ce que tente de défendre Joseph Rodriguez dans sa notion de la photographie. Il défend la réalité de nos sociétés, celle des plusprivilégiés, comme celle des autres.

Qui sont les « autres » ?

Les « autres », ce sont ceux dont fait partie Joseph Rodriguez, ceux dont on ne parle qu’avec condescendance. Ce sont les marginaux, les incompris, ceux qui survivent. 

Yvonne Melendez and Peter Rodriguez and their children at home. 1987.
Joseph Rodriguez

Le natif de Brooklyn, choisit le Harlem des années 80 comme première muse, en choisissant ses rues, son folklore, pour montrer une réalité allant à l’encontre de tous les stéréotypes et l’image qui lui était propre. Il choisit de montrer la joie de ses habitants malgré leur décalage avec les habitants du centre, il choisi également de montrer les conditions de vie de ces gens, aussi bien que la détermination dont fait preuve cette communauté pour s’en sortir.

Pour cela, à la manière de Asa Franck il entrera dans l’intimité des familles qu’il suivra dans leur quotidien, partageant ainsi leur peine, comme leur joie. Cette approche plus lente lui permet d’apporter de la richesse à l’histoire qu’il tente de raconter, elle lui permet aussi d’approfondir son propos et de le corriger. En bref, son approche lui permet de rendre son histoire réelle.

Spanish Harlem : El Barrio in the 80’s, finira par être publié aux éditions powerHouse Books, ce qui vaudra à Joseph Rodriguez le privilège de voir ses photographies exposées de plusieurs galeries.

Photo issue de la série Spanish Harlem : El Barrio in the ’80s
Photo issue de la série Spanish Harlem : El Barrio in the ’80s

Quelle réalité ?

Dans cette même quête d’immersion, le photographe de rue s’engagera sur le chemin de Los Angeles, sans réellement savoir ce qu’il y trouverait, car pour une fois il partait lui aussi une caricature en tête plus proche de West Side Story que de la réalité. 

East Side Stories, a permis à Joseph Rodriguez de plonger dans l’univers des gangs de latino-américains de Los Angeles, loin de tout ce qu’il aurait pu rencontrer à New York. Mais c’est dans cette aventure où il risquera à risqua sa vie à mainte reprise, qu’il découvrit le réel but de sa mission de photographe.

Ce but sera celui de prévenir la jeunesse et lui venir en aide, les prévenir que leur communauté sera toujours encline à subir les a priori de ceux qui ne les comprennent pas. Il s’agit également de prévenir cette jeunesse des risques de la vie et de les encourager à lutter contre ce chemin faussement prédestiné.

Photo issue du projet « East Side Stories »
Photo issue du projet « East Side Stories »

L’expression de ce vœux de prévention se fera par le biais d’un nouvel ouvrage, Juvenile, qui aura le privilège de servir de guide pour les employés du milieux carcéral et les parents de jeunes déjà pris dans l’engrenage. 

Mais encore ?

Joseph Rodriguez ne s’est pas limité qu’aux États-Unis, il a pu suivre une famille sudaméricaine voulant rentrer illégalement aux États-Unis, dans Migrantes, de la même manière que la communauté musulmane de Malmö en Suède, dans The Other (Side of Sweden). Il s’est également intéressé à Porto Rico, au Kurdistan et même à la République de Maurice.

Issue du projet MIGRANTES, « Tunnel kids »
Projet « The Other Side of Sweden »
Projet autour de Puerto Rico
Projet autour de Maurice

Deny Martinelli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :